Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 09:19
QUI A PEUR DE CALAMITY JANE ?

LA DEPECHE Publié le 16/01/2016

QUI A PEUR DE CALAMITY JANE ? Colloques et conférences - Musée Larrey

Avec leur album (t.30) paru en 1967 dans la série des «Lucky Luke», Goscinny et Morris ont contribué à faire connaître le personnage de Calamity Jane, Martha Cannary de son vrai nom. Aventurière du Grand-Ouest américain, cette héroïne de western est un personnage hors du commun. Ses actions ont alimenté un mythe qui, depuis plus d'un siècle, est loin d'être tari. C'est donc la légende de cette femme haute en couleur que Julie Gallego a brillamment retracée. Elle a détaillé l'ensemble des représentations au cinéma, au théâtre et dans les albums, y compris dans les chansons relatant les «frasques» de Calamity. Pour la circonstance, la conférencière a également montré ses talents de chanteuse, interprétant «a cappella» des extraits musicaux, sur les traces d'Anne Sylvestre ou de Camélia Jordana. Reste encore la vingtaine de lettres à sa fille (1), laissées à la postérité par Jane. De la main de l'aventurière ? Rien n'est sûr. Ces écrits sont néanmoins d'un bel intérêt et l'on aurait souhaité qu'une lecture plus conséquente en soit faite. Certes le public s'est un peu étonné de voir une agrégée de grammaire, confirmée, et maître de conférences de latin à l'université de Pau s'atteler à un tel sujet. Si l'étude de Calamity Jane procède d'un intérêt personnel, il faut savoir que l'on enseigne désormais en section de lettres classiques les reconstitutions historiques, ces péplums qui ont fait le régal d'Hollywood, les BD qui vulgarisent en images l'histoire romaine, sans oublier les séries historiques sur la question. Une production contemporaine appréhendant la culture latine de façon ludique que l'Université ne saurait négliger.

(1) Éditions Rivages Payot, 2007. Ces lettres ont fait l'objet d'une émouvante lecture en musique, cet été, dans le cadre d'un spectacle off du festival à voix haute.

Prochaine conférence : 16 janvier, à 15 heures, Jacques Sanchez, « La musique russe ».

Exposition : vernissage le 16 janvier, à 18 heures, Ben et Molly Brotherton, peinture, céramique. Musée : tél. 05.62.91.68.96.

Roseline Giusti

Partager cet article

Repost 0

commentaires