Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 21:46

Aline Ribière ou la traversée du textile

Vêtures, dévêtures 3.

 

L'histoire des œuvres d'art est aussi celle de leurs accrochages sucessifs. La rétrospective des créations d'Aline Ribière au Château de Pau fournit l'occasion d'une nouvelle lecture des principales pièces de la plasticienne bordelaise. Singularité d'un parcours autobiographique de près de trente ans, où de déroutants matériaux font œuvre de poésie pure, où de lents rituels initient à d'indicibles traversées.

 

L'artiste travaille sur la peau et l'enveloppement du corps selon des agencements multiples, souvent duels et inverses : édification d'organiques carapaces, d'une émouvant fragilité ou au contraire troublantes éventrations; figuration faussement naïve des parties sexuées sur la matière textile ou épousaille du corps au plus près de sa forme, recourrant à un écrasement radical du tissu; construction-déconstruction de carrés de lin dans un réversible passage du plat au volume; ordre-désordre; envers-endroit…

Une réflexion sur le temps est aussi engagée. Incorruptible comptabilité des jours, systématiquement notée, avec la chasuble aux vingt-sept voiles, endossé chacun, matin après matin;

exploration du flétrissement avec l'utilisation de triviales épluchures de pomme de terre, édifiées en corps de robe ou apprivoisement de la mort lors de rites de passage dans de somptueuses chrysalides.

 

Les robes d'algues (Mues) créées au Domaine d' Abbadia, à  Hendaye, -l'artiste y était en résidence en 2002-, et montrées en suivant au Carré Bonnat à Bayonne;  la robe du Japon, dévoilée, entre autres, à Berne en 2003, les robes dermographiées –"tirées" sur les presses à gravure de la Maison des Arts d'Evreux , 2003; la robe en dentelle d' épices de Byblos, -dernière-née lors d'une résidence en juin 2004-, aux côtés d'enveloppes corporelles plus anciennes comme les Carrés Blancs, (1987),  trouvent ici un cadre privilégié de dialogue.

 

Marc Guiraud, biographe de l'artiste, soulignait récemment dans un texte écrit à l'issue de l'exposition du Liban, combien le site archéologique avait finement révélé certaines pièces. La confrontation avec un lieu fameux de l'histoire française ne manquera pas de livrer certains aspects de l'œuvre, inédits.

 

L'exposition est accompagnée de performances, d'un colloque et d'un stage.

 

Roseline Giusti-Wiedemann.

 

Exposition :  8-30 octobre 2004, au Musée National Château de Pau. Vernissage :18 H.

Performance-habillage rituel, la Robe du Japon : 8 octobre,  20H30, au Château.

Séminaire-rencontre et performance Les Carrés Blancs :  9 octobre, au théâtre Saragosse, Pau, avec des interventions de Bernard Lafargue, Marc Guiraud, Roseline Giusti.

Stage Habits habités, le langage des vêtements : 16-19 octobre, MJC du Laü.

Contact : 05 56 69 74 03   e-mail : ribiere.aline@voilà.fr

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles artistes
commenter cet article

commentaires