Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 12:48

Didier Arnaudet, Les périphéries du large, ed. Le Bleu du ciel, 2008.

Après avoir exploré la phrase En bras de chemise malgré la fraîcheur matinale, 2001, puis la nouvelle Exercices d’équilibre, 2003, ce nouveau recueil poétique de Didier Arnaudet oscillerait  plutôt du côté du roman. Mais le récit haché, vient couper court une fois de plus, aux usages habituels de lecture. Des phrases discontinues, -aphorismes,  lieux communs, brèves de comptoir, faits divers, descriptions parfois cocasses ou poétiques questionnements…- constituent autant d’histoires interrompues, qui, autonomes, s’entrechoquent sur près de 80 pages. Plusieurs voix sont à l’œuvre, homme, femme, des chœurs dissonants, ballottés comme des flottilles prises dans le courant d’une baïne. Ces fragments de texte, empruntés au réel ou relevés au cours de lectures, qui semblent familiers, immédiats, résultent en fait d’un montage, savamment organisé, où il n’est plus question de constats, mais de fictions. Un type de poésie exigeant qui, à la manière de l’art contemporain, propose, si toutefois on se résout à l’abandon des repères classiques, l’expérimentation d’un autre espace-temps, dont on ne peut revenir que dégourdi.

RGW

Partager cet article

Repost 0

commentaires