Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 21:24

Etre senior aujourd’hui, l’autre façon.

Elle dénonce les préjugés et les usages néfastes communément répandus à l’encontre des vieilles gens, résultant de croyances stéréotypées. Prenant avec conviction le contre-pied des idées reçues, elle affirme au contraire les ressources insoupçonnées de la vieillesse et l’urgence de réformer nos attitudes envers le grand âge. De ces réflexions, elle en a fait un livre Le syndrome de Diogène, éloge de la vieillesse. Elle en rendait compte jeudi dernier à la médiathèque, usant d’arguments décapants. Elle ? Régine Detambel. Kinésithérapeute à l’origine, autant dire qu’elle connait bien le corps humain, ses défaillances mais aussi ses ressources infinies. Elle a tant écouté les dire de ses patients qu’ils ont donné matière à ses livres, aussi originaux que pertinents et toniques. Nourrie de sa propre expérience,  Régine Detambel a également exploré le vaste champ de la littérature et y a recueilli des exemples et des témoignages qui densifient le propos. Dévorée de la passion d’écrire, l’écrivain sait aussi transmettre et convaincre. Une chance pour Bagnères de recevoir celle qui s’est vu décerner, en 2011, le Grand Prix Magdeleine-Cluzel pour l’ensemble de son œuvre, quelque quarante livres pour adultes et pour enfants, questionnant inlassablement le corps.

Le public ne s’y est pas trompé qui comptait, entre autres, des soignants : infirmiers et médecins, très à l’écoute. Un atelier d’écriture accompagnait cette conférence, suivie d’une deuxième dans la foulée, la bibliothérapie. Saluons cette initiative de la médiathèque qui propose parallèlement, en ses murs, une riche exposition (visible jusqu’au 15 juin) de portraits photographiques « d’anciens » réalisés par Claude Beuillé, soignant lui-aussi.

Les conférences de Régine Detambel constituent un des points forts de la thématique choisie par la médiathèque cette saison : le corps dans tous ses états.

 

Roseline Giusti

Partager cet article

Repost 0

commentaires