Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 14:30

ARTHOUS, TERRE PRODIGUE.

Le Festival international de céramique de l’abbaye d’Arthous, près d’Hastingue (Landes) rassemble chaque année une soixantaine de créateurs internationaux. Manifestation de renom, elle attire les foules. Chaque année, un pays étranger est à l’honneur. En 2007, trois potières du pays Malinké (Haute Guinée) montraient in situ leurs techniques spécifiques. Professionnels et amateurs y font des découvertes.

 

Fragile et vibrant de rythmes visuels : le vase-sculpture d’une jeune artiste de Salies de Béarn


Montée au colombin plat, la pièce est amenée à une dimension monumentale par des gestes répétés. Le décor abstrait est obtenu en pinçant la paroi entre le pouce et l’index pour former des nervures verticales. Puis des stries au couteau sont également réparties sur toute la paroi. L’artiste insiste sur ce travail quasi mécanique. Etirée aux limites du possible, la fine enveloppe à l’assaut de l’espace apprivoise à chaque instant l’équilibre. Le matériau provient d’Orriule, carrière proche de Salies de Béarn, où il est communément exploité pour des carreaux. L’artiste apprécie ce grès, bien adapté à son type de pièces qui « se travaille fin et se tend presque à l’infini ». Après cuisson, à 1280°, le matériau prend une couleur chamois, magnifique, qui garde un aspect naturel. L’objet ainsi façonné « semble venir de la terre, des insectes, comme s’il avait été fabriqué par la nature ». Voici pourquoi Gaëlle Guingant récuse l’appellation de vase et la fonction de contenant. Plus proche de la sculpture, l’objet procède de la terre et retourne à la terre.


Roseline Giusti

Le Festin

7. Gaelle Gingant-Convert, Vase-sculpture, grès. H : 50 cm, diam. : 45 cm, (Collection de l’artiste).

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles presse (Magazines)
commenter cet article

commentaires