Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 13:28

Jean LE GLOANNEC, peintre-arpenteur.

 

Tout l’œuvre de Jean Le Gloannec est sous-tendu par un ensemble de contraintes arithmétiques que l’artiste se donne au départ et qui sont autant de directions pour l’organisation plastique du travail. Aussi les dessins préparatoires ont-ils une grande importance, puisqu’ils fixent avec rigueur cotes, dimensions, mesures, issues de la prise en compte d’un espace environnemental ou architectural ou encore dictées par la morphologie d’un corps humain. Volume, longueur, degré d’ouverture d’un angle…, ainsi déterminés, donnent la scansion de l’œuvre et son mode de lecture.

La toile garde aussi la trace de la déambulation originelle, où l’artiste-arpenteur accomplit son travail de prélèvement, pour ne pas dire de prédation. Le Gloannec attache de l’importance à la marche, aux pieds, au sol que l’on foule, au mouvement de son propre corps qui s’ouvre à la ville en même temps qu’il en collecte des éléments. Il utilise l’image du compas qui s’écarte pour appréhender le territoire qu’il va mesurer. De sa chasse, il rapporte des images, des couleurs, des bruits…qu’il classe, épure, trie, sélectionne. Sur la toile toutefois, point d’accumulations, d’enchevêtrements, de cauchemars, d’accélérations ou même de rêves, le calme seul. Le territoire parcouru est nettoyé de tout ce qui l’a entaché ; désencombré, il est révélé, lisible.

A cela s’ajoute un lien alchimique avec la matière, les matériaux choisis, presque toujours les mêmes : l’or, l’argent, le cuivre, le nickel parfois. Ces substances premières, extraites des entrailles de la terre, sont pour Le Gloannec le symbole de la connaissance directe, sans la médiation de l’intellect.

 

Roseline Giusti, Pessac, 1994 

 

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles artistes
commenter cet article

commentaires