Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 18:31

DETOT Luc,

né en 1960 à Paris, vit et travaille à Bordeaux.

 

Formé à l’Ecole des Beaux-arts de Paris, Luc Detot développe un travail sur le corps humain. Il utilise pour ce faire des moyens plastiques étendus : dessin, modelage, photographie, gravure.

 

Notice sur un dessin entré dans les collections de l'Arthotèque du Conseil Général de Gironde

 

Detot, Luc

Sans titre, 1996

Dessin, mine de plomb, poudre de marbre colorée, cire sur bois.

140 x 110 cm

 

Ce dessin appartient à une série monumentale de représentations de la figure humaine, exécutée entre 1992 et 2000. L’ensemble fait suite à une précédente série sur le crâne. Au départ, l’artiste prend une photo du modèle, de face, en gros plan et les yeux clos. La photographie est ensuite projetée sur un support enduit de poudre de marbre colorée. Les traits du visage sont alors redessinés au crayon noir et rendus flous par une couche de cire. Luc Detot se défend de faire des portraits ressemblants. Aussi assigne-t-il à ses modèles de fermer fortement les yeux pour gommer tout effet de séduction et pour obtenir un regard intérieur. Frappé par l’exposition Mémoire d’aveugle réalisée par le philosophe Jacques Derrida au Louvre, l’artiste érige ce principe en système. Il dit avoir été aussi influencé par les marbres romains. Toutefois le visage ici, soumis à une tension extrême, est bien vivant.

Ce sont ensuite les grands dessinateurs et graveurs allemands comme Holbein ou Dürer qui ont accompagné l’artiste pendant toute cette série. Une reproduction du portrait de la mère de Dürer, en effet, est resté accrochée sur les murs de l’atelier pendant tout le temps du travail.

Il faut citer aussi un autre maître allemand du 18ème cette fois, auquel Luc Detot se réfère, le sculpteur Messerschmit  qui a dessiné une série de têtes grimaçantes.

La dimension peu commune pour un dessin et l’aspect singulier du faciès donnent à ce travail une force expressive particulière.

R. Giusti-Wiedemann

 

 

Expositions personnelles :

1987 Chantier du Chai des farines, Bordeaux
1988 Galerie Zographia, Bordeaux lire article
1990 Grenier du Chapitre, Cahors
1990 Galerie Eric Dupont, Toulouse lire article
1992 Galerie Janos, Paris
1993 Galerie Zographia, Bordeaux lire article
1994 Galerie Pictura, Bergerac
1995 Galerie Vanguardia, Bilbao

1996 Galerie Zographia, Bordeaux lire article
1997 Galerie Henri Bussière, Paris lire article
1999 Galerie Vanguardia, Bilbao
2002 Le Labo, Bordeaux
2003 Galerie Henri Bussière, Paris
2004 atelier Krapo
2004 C.E.S.A.M., Bordeaux

Dernières expositions collectives :

1998 Galerie Henri Bussière, Paris
1999 Galerie vanguardia, Bilbao
1999 Château Génicart, Lormont
2000 Eglise Saint-Vincent, Mérignac
2001 Galerie Le Labo, Bordeaux
2000 Galerie Sabine Puget, Paris
2000 Galerie Poirel, Nancy
2001 Galerie du troisième œil, Bordeaux
2002 Open doors Open eyes, Novart, Bordeaux

2005 Opendoors, Openeyes


Principaux articles de presse :


Michel Wiedemann conférence à l’Estampe d'Aquitaine, 22 septembre 2005
Dominique Dussol
Le Festin, printemps 2001

Dominique Dussol Sud Ouest, décembre 1999
Entretien avec Anne Cixous « L’écho des Collines », décembre 1998

Henry François Debailleux Libération, 30 mai 1997
Valérie de Saint-Do Sud Ouest, juin 1996

Didier Arnaudet Gironde Magazine, été 1993
Didier Arnaudet Le Festin n°11,1992
Anne D’Andriesens, Art-Press, octobre 1990

Didier Arnaudet Art-Press, mai 1988

Entretiens :

Didier Arnaudet, entretiens avec l’artiste, in  Gironde Magazine, septembre 1996

Interventions :

1998  Ecole des Beaux-arts de Bordeaux

2000 Université de Pau
2001 Université d’ Angers
1995/2002 Musée du Louvre Paris

Bourses

Aide à la création, D.R.A.C. de Bordeaux
Aide individuelle à la création, Conseil Régional d’Aquitaine
1992 : Villa Médicis Hors les Murs, Ministère des affaires étrangères 

Editions

Œuvres publiées dans des ouvrages :

1991 : Melancholia, Eric Dupont, éditeur ; Dessins des années 1987-88 reproduits à l’échelle

L’Iliade, Textes choisis et illustrés par l’artiste d’après la traduction de Paul Mazon, aux éditions Guillaume Budé, Editions Jeanne Hébert

 

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles artistes
commenter cet article

commentaires