Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 18:34

JARDINS D'ECOLE


"Sur notre enfance pèse l'infinie laideur des salles d'école", écrivait le designer belge Henry Van de Velde, au début du XXème siècle. Si aujourd'hui la plupart des bâtiments scolaires ont fait peau neuve, les espaces de récréation ressemblent encore trop à des cours de caserne. Les adolescents vivent mal cet anonymat. La récré, c'est le temps des échanges par petits groupes, des retrouvailles pour les nouvelles du jour ou quelques persiflages.

 

Aussi le designer Nestor Perkal a-t-il dessiné pour ces no man's lands ingrats des cabanes en bois de châtaignier,  suffisamment closes pour donne un sentiment d'intimité, mais pas trop fermées tout de même pour ne pas gêner la suveillance. Des bancs de granit y sont ménagés et permettent de s'y asseoir à plusieurs dans différentes positions. La structure métallique est recouverte d'éléments de palissade en bois brut, fixés de manière aléatoire…de vraies cabanes. On peut même, sur certaines parois, faire des graffiti en toute licence.  Succès. L'appropriation par les adolescents est immédiate et les enseignants sont séduits.

 

Le projet est né de la demande de la Chambre des Métiers du Limousin : une étude sur le mobilier de jardin valorisant matériaux et savoir-faire régionaux.. Cible proposée par N. Perkal  : l'école, où les besoins lui paraissent urgents. L'enquête réalisée auprès des collégiens et lycéens et l'auscultation de leurs pratiques spécifiques lui ont donné raison.

 

Nestor Perkal, designer international reconnu et directeur, entre autres, du CRAFT (centre des arts du feu et de la terre) à Limoges, a toujours été fasciné par l'habitacle. Jeune architecte, en Argentine, n'avait-il pas déjà construit son atelier sur la terrasse de la maison de ses parents ? Premier abri, vraiment à lui, par lequel il renouait avec une pratique ancestrale : la cabane primitive.

 

Récurrente chez presque tous les peuples de tous les temps, l'utilisation de cette construction dépasse, selon  l'historien J.Ryckwert (1),  les seuls besoins d'usage : "Si je dois doter Adam d'une maison en paradis, c'est moins  pour échapper aux intempéries, dit-il, que pour  créer un volume qu'il puisse interpréter en fonction de son propre corps…."

 

Au-delà d'un lieu de rencontre, c'est bien ce qu'offre aux adolescents  N. Perkal, un espace

aux saveurs d'éternité qu'on s'approprie, comme le dit  Ryckwert, "pour tenter de régénérer les faits et gestes quotidiens".

 

Plusieurs cabanes ont déjà vu le jour dans des établissements scolaires; l'une d'elle va être installée au centre de design du Grand Hornu en Belgique.

 

R. Giusti.

 

(1) J. Ryckwert, La maison d'Adam au paradis, Seuil, 1976.

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles designers
commenter cet article

commentaires