Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 13:50

Les créations de Nathalie Blanc, Emmanuel Gallina,
Vincent Poujardieu et Anne Xiradakis sont l’occasion
de découvrir des facettes, peut-être insoupçonnées, du
design. L’interaction avec le monde de l’entreprise fait
évoluer leurs savoir-faire et les conduit à transmettre
leurs expériences.
> parRoseline Giusti-Wiedemann
Recherches Gironde
120 • le festin #69 •
Parcours
dedesigners
• le festin #69 • 121
Gironde

 

Nathalie Blanc,
vases oniriques et
maître-verrier


Volumes élégants, couleurs
éloquentes, cols en forme
de corolle ou de bouche
avide, les vases deNathalie
Blanc sont des êtres de
chair façonnés par la main
et le souffle. L’artiste aime ce
corps à corps très physique avec la
matière en fusion et assiste elle-même
lemaître-verrier bergeracoisAlainGuillot qui donne vie aux
formes qu’elle conçoit. Quelle jubilation à étirer, couper,
cisailler cette texturemoelleuse, d’un geste rapide, à la fois
puissant et délicat. Sans décor, chaque vase s’anime par l’alliance
de la couleur et de la transparence. «L’épaisseur du
récipient est comme une peau que l’on peut regarder à l’envers
et de l’intérieur», précise Nathalie Blanc. Toucher du
regard prend ici tout son sens. Ces vases se dérobent à l’usage
domestique. Non point qu’ils ne puissent être un contenant
adéquat pour des fleurs, mais parce que la créatrice les a
libérés de cette fonction pour les ramener à la seule expression
formelle. Panses et orifices sont en fait diablement
suggestifs. Car au-delà des courbes délicates il faut y voir
des symboles sexuels, féminins autant quemasculins. Dotée
d’un double cursus, design (qu’elle enseigne) et arts plastiques,
Nathalie Blanc, alias Nadine Blandiche pour d’autres
types d’oeuvres, joue de l’ambiguïté. Ses créations sont
des pièces uniques raffinées, ironiques, impertinentes. Sa
maîtrise du volume lui a valu récemment de réaliser la
sculpture initiale du piètement en forme de jambe de la chaise
Perspective de Pharrell Williams, un rappeur américain.
Cette chaise est une demande de la firme Domeau et Peres,
à qui Nathalie Blanc a déjà eu recours pour d’autres objets
en fine peausserie de cuir, des ballons ovales entre autres,
tout aussi symboliques.



Emmanuel Gallina,
designer et pédagogue
Il a grandi à Bordeaux, travaille aujourd’hui entre Milan
et Périgueux – ville dont il a dessiné le logo. Après un triple
cursus professionnel, Arts déco de Limoges, arts visuels à
Orléans, Politecnico de Milan, et un séjour de six ans dans
l’agence du célèbre designer italien Antonio Citterio,
Emmanuel Gallina a désormais acquis une stature internationale,
avec des clients en Chine, entre autres. Ses réalisations
sont des produits industriels haut de gamme qui,
marque du savoir-faire milanais, bénéficient souvent d’une
finition artisanale. Sobres, élégants et de qualité, ses tables
pour Poliform, ses pendules équipées de Led pour Fiat, ou
encore son mobilier de bureau pourManade, ne sacrifiant
pas à la mode, passent les ans hardiment. En novembre
dernier Emmanuel Gallina dirigeait un workshop pour les
étudiants de l’école de design bordelaise Lima. Le thème :
des objets pour la grande distribution : le jardin, le bricolage,
la cuisine, la salle de bain, la bagagerie…Imagination
dopée, les apprentis-designers ont su néanmoins se couler
dans un cahier des charges exigeant et produire, à leur grande
surprise, des objets du quotidien qui n’existaient pas encore
ou en améliorer d’autres.Àvoir sur les documents d’archives,
les visages épanouis des uns et des autres et la qualité des
résultats, on se dit que l’opération a été une belle réussite.
C’est parce qu’Emmanuel Gallina est un pédagogue hors
pair. Précis, doté d’un remarquable sens du détail – acuité
développée chez Citterio – , il exige à la hauteur de ce qu’il
donne.Beaucoup. Il transmet des savoir-faire, des techniques
de pointe, mais pas uniquement. Il tente aussi d’inculquer
aux étudiants des stratégies propres à ce métier, rendu
difficile par sa situation à la croisée d’un grand nombre de
disciplines. Ainsi applique-t-il, à chaque projet, la pensée
du sculpteur roumain Constantin Brancusi qu’il a érigée en
règle : «La simplicité comme complexité résolue».
= www.emmanuel-gallina.com
122 • le festin #69 •
Recherches Gironde
• le festin #69 • 123
1. Marbrerie du
Neez, (M. Tanner)
à Gan.
Vincent Poujardieu,
bureaux mythiques
Vincent Poujardieu se plaît aux variations. Sa spectaculaire
gamme de bureaux en porte-à-faux vient de s’enrichir de
deux nouveauxmodèles, baptisés Zeus et Aile, qui allient audacieusement
matériaux et techniques artisanales à des
matières modernes comme l’inox ou les composites. À son
habitude, le designer s’est lancé des défis, entraînant dans
cette aventure fournisseurs et fabricants. La construction
de ce mobilier est assez exemplaire. Une plaque de matériau
en structiso et fibre de carbone rigidifie les grands
plateaux horizontaux avancés dans le vide. Composé de cinq
éléments entièrement démontables, chacun des deux bureaux
adopte un système spécifique de montage du plateau.
Pour le bureau Aile, le système est un emboîtement, coulissage,
sur les pieds enmarbre pyrénéen de Sainte-Anne, finement
travaillés1. Pour le bureau Zeus, il s’agit d’un serrage
au niveau des queues d’aronde. Lamise en oeuvre des pieds
du bureau Zeus – creux à l’intérieur, mais lestés – constitue
une véritable prouesse technique.
Il faut louer l’ingéniosité déployée au cours de longues
expérimentations de Jean-Thierry Saal et de son équipe en
atelier, la fonderie La Morandière au Pian-Médoc. À cela
vient s’adjoindre un jeu subtil entre les matériaux. Si le
designer recherche systématiquement les contrastes – couleur
chaude et froide, matité et brillance, lisse et grenu – , il va
jusqu’à pervertir les significations habituellement attachées
à cesmatières.Voué à lamaroquinerie de luxe, le cuir «pleine
fleur» de la Tannerie Rémy Carriat à Espelette, qui gaîne
le plateau du bureau Zeus, laisse ici affleurer la colonne vertébrale
de l’animal, vache de belle prestance. L’effet est d’autant
plus viril que les surfaces métalliques, aux arêtes
façonnées tout en rondeur et polies à l’extrême, sont des
plus sophistiquées. Quant aumarbre, cantonné dans le funéraire
ou les salles de bain, mat et associé à du stratifié,
il conquiert ici allègrement le secteur dumobilier de bureau.
Éditées en petites séries, ces pièces contribuent à la recherche
d’un luxe contemporain.
= www.poujardieu-design.fr
Anne Xiradakis, nouveaux rituels culinaires
Designer, Anne Xiradakis travaille sur les objets de la table
et leurs usages. Des voyages en Extrême-Orient lui révèlent
d’autres pratiques qui l’incitent à repenser vaisselle et façon
de servir. Là voici créant, selon une combinatoire jouant du
double et de l’envers, des récipients en porcelaine, inattendus.
Elle invente alors les cafés éphémères, espaces d’expérimentation
nomades et immédiats, qui lui permettent de tester
ses recherches. Parallèlement, elle s’adresse à des chefs
réputés et convainc Guy Savoy d’utiliser son
assiette à soupe et son bol à l’envers qui
ne s’empilent ni ne tolèrent de lavage
enmachine.Pour JacquesDecoret,
elle étudie une sauteuse à
spaghettis munie d’un goutteà-
goutte, en inox brossé et
cloche en verre, récipient inédit,
utile et raffiné qui lui vaut en
novembre dernier d’être doublement
primée2. À l’automne 2008, sur l’invite du Frac Aquitaine,
qui expose l’oeuvre protéiforme de Camille Chaimowicz, le
café éphémère prend l’allure d’un banquet pour 200
personnes. Jour d’intense création où se marient, avec
succès, les audaces culinaires d’un jeune chef parisien,
d’origine basque, Iñaki Aizpitarte, à un service de table
inventif, créé par Anne Xiradakis pour la circonstance.
Quatre «bouchées»miniatures requièrent autant de contenants
appropriés. Le service est surprenant. Les plats arrivent
successivement, enveloppés dans un carré de tissu, le
furoshiki3, sur une planche à roulettes, sur un plateau, ou
posés sur un fourreau textile. Les convives sont invités à
innover dans leurs gestes : adopter une posture assise sur
un coussin àmême le sol,manipuler une assiette sans bord,
lécher du chocolat fondant sur une langue en céramique…
Rituel culinaire où l’acte de déguster est régi autant par la
vaisselle et son service que par la cuisine.
= www.annexiradakis.aoki.fr
2. Dans le cadre du
concours de Mme
Figaro-De Dietrich,
le grand prix
du public et celui
du jury.
3. Technique
japonaise
traditionnelle
d’emballage
en tissu.
124 • le festin #69 •
Recherches Gironde

Partager cet article

Repost 0
Le blog de Roseline Giusti - dans Articles designers
commenter cet article

commentaires