Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 23:00
Vendredi 03 Jun - 10:20 - Saint Kévin
Publié le 20/06/2010 10:39 | Renée Brianti, conte pour Sélima

Bagnères-de-Bigorre. Renée Brianti, poétesse et conteuse

Renée Brianti dédie ce conte plein de soleil à tous les enfants des Hautes-Pyrénées... et tout spécialement à sa petite-fille Sélima . /Photo R. Giusti
Renée Brianti dédie ce conte plein de soleil à tous les enfants des Hautes-Pyrénées... et tout spécialement à sa petite-fille Sélima . /Photo R. Giusti
Renée Brianti dédie ce conte plein de soleil à tous les enfants des Hautes-Pyrénées... et tout spécialement à sa petite-fille Sélima . /Photo R. Giusti

A l'occasion du solstice d'été ce 21 juin, et pour implorer le soleil un peu capricieux ces temps-ci, Renée Brianti offre à tous les petits Pyrénéens ce conte de circonstance, dédié à sa petite fille Sélima. Les Brianti constituent une dynastie, très célèbre dans la région. Sœur aînée de Jacques, le peintre, Renée est revenue s'établir au pays après de longues années passées en Tunisie. Elle se consacre aujourd'hui à l'écriture.

« Le soleil s'ennuyait dans son ciel au-dessus de la mer. Il voyait les poissons jouer sur les vagues et les hommes de la terre l'attendre et aussi le maudire.

Il faut dire que le soleil est très vieux et très jeune à la fois. Il a l'âge des saisons de la terre. Un jour, il plongea dans la vaste mer.

Aussitôt des poissons sautèrent autour de lui et lui posèrent des questions.

- Pourquoi tu es tombé ? Quel est ton nom ? Nous connaissons le soleil du jour, alors tu es le soleil de la nuit, puisqu'il fait nuit sur la terre tout à coup ?

- « Je suis le soleil de la nuit, le soleil d'ennui ».

- « Bienvenu », s'écrièrent les poissons, « jouons » !

Et ils jouèrent à attrape-soleil, saute-soleil, mange-soleil et la lune, éblouissante, apparut au soleil qui commençait à avoir froid. Il l'implora.

- « Madame amie, envoyez-moi un de vos bras, afin que je me hisse jusqu'à vos yeux. Je ne croyais pas que les eaux de la mer fussent si froides. Je perds ma chaleur, je tremble. Il est temps que je retrouve le ciel. ».

- « Que dites-vous, impudent ! » répondit-elle. « Vous m'avez dérangée. Il n'est point l'heure de reprendre votre royaume. Les hommes de la terre dorment, soleil d'ennui. ».

« Rions », dirent les poissons. « Chantons », dirent les dauphins. Taquins, ils étiraient la chevelure du soleil qui était faite de millions de rayons étincelants et la nuit des eaux s'illuminait. L'astre chauve, tel un haricot, perdu et grelottant dans l'immensité se mit à pleurer. Alors, la mer compatissante, s'éleva jusqu'au ciel, éteignit les étoiles et la lune s'enfuit. Une aurore jade clair envahit le ciel. Le soleil apparut offrant au monde les poissons d'argent de sa chevelure. Et ce fut le plus beau matin du monde.»

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires