Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 09:53
Bagnères-de-Bigorre et sa région
Publié le 22/04/2010 11:14 | Roseline Giusti.

Bagnères-de-Bigorre. Éternelle deudeuche limousine du peuple

Passion

Impossible de passer inaperçu avec la «deudeuche» de Jean Meyer, prénommée «La Treille» choisie pour cette sortie à Bagnères./Photo R.G.
Impossible de passer inaperçu avec la «deudeuche» de Jean Meyer, prénommée «La Treille» choisie pour cette sortie à Bagnères./Photo R.G.
Impossible de passer inaperçu avec la «deudeuche» de Jean Meyer, prénommée «La Treille» choisie pour cette sortie à Bagnères./Photo R.G.

Saviez-vous qu'il pouvait y avoir un Don Juan des 2 CV ? Ce collectionneur pas comme les autres nous a rendu visite, le week-end dernier, avec l'élue du jour.

Elle s'est faufilée le week-end dernier dans les rues de Bagnères, précautionneusement. Elle a paradé sur les Coustous, s'est dorée au soleil devant les Thermes puis, sur le soir, s'est même risquée sur les chemins des Baronnies pour festoyer à l'auberge.

Un aquarium derrière la fenêtre

Elle ? Une étrange 2 CV qui a pour nom « La Treille ». Sauf qu'elle avait laissé, en lieu sûr, sa vigne habituellement perchée sur le toit. Encore trop frais pour la saison. On s'est amusé de son arrière-train, « coupé », et on a souri à ses pare-chocs avant, chaussés de godillots efflanqués. On s'est étonné de sa fenêtre, doublée d'un aquarium plat où nageaient de vrais poissons rouges. Et on a lu avec malice les inscriptions sur son carrossage. C'était l'élue du jour que son propriétaire avait sortie de son harem. Don Juan de 2 CV, Jean Meyer, par ailleurs médecin à Bordeaux, collectionne depuis longtemps ces limousines du peuple, jalousement parquées dans un vaste garage.

Une Ferrarire aussi

Toutes ont une identité bien marquée. Il y a « La Ferrarire », d'un rouge éclatant, grand luxe, entièrement décapotable. Il y a « La Capucine », champêtre avec son siège en osier ; « La Pomme », haut perchée qui sert pour la cueillette et que l'on conduit depuis l'impériale, « La Girafe », et bien d'autres…, comme celle, peinte en jaune canari, qui arbore l'enseigne d'un glacier ambulant. Chacune a un couchage pour pouvoir y dormir, laver sa vaisselle ou y faire un brin de lessive. Le confort est privilégié car ces grandes voyageuses voient du pays. De Prague à Pékin, du désert marocain à la Slovénie… elles en ont avalé des kilomètres ! Belles de jour, elles se font parfois désirer jusqu'à avoir été conviées à caracoler sur les anneaux de vitesse de Citroën, lors des 70 ans du circuit. « À près de 60 à l'heure, on tombait presque », se souviennent émus, Jean Meyer et Michel Excoffier, son coéquipier. Retrouvez-les dans les rencontres nationales et internationales qui rassemblent les possesseurs de 2 CV. Ils y figurent en bonne place.

 

Imprimer

Partager cet article

Repost 0

commentaires