Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 23:50
Bagnères
Publié le 19/08/2010 10:27 | Roseline Giusti.

Bagnères-de-Bigorre. À Voix haute, l'art du métissage sonore

festival

Discussion illustrée avec Nadine Cesari, Jacky Michaeli, Phil Minton, Yann Beigbeder, Patrick Labesse./Photo R. Giusti.
Discussion illustrée avec Nadine Cesari, Jacky Michaeli, Phil Minton, Yann Beigbeder, Patrick Labesse./Photo R. Giusti.
Discussion illustrée avec Nadine Cesari, Jacky Michaeli, Phil Minton, Yann Beigbeder, Patrick Labesse./Photo R. Giusti.

Le festival à Voix haute fut un grand voyage musical et linguistique, une prise de risque heureuse des organisateurs récompensés par un beau succès d'audience.

Ceux qui sont venus à la 6e édition du festival à Voix haute n'oublieront jamais le bœuf final mêlant le chant basque traditionnel, l'improvisation pianistique et le fado revisité.

Apposée à la voix saisissante de Pantxix Bidart, toute dans les aiguës, celle puissante et veloutée du fadiste Antonio Zambujo, accompagné à la contrebasse par Ricardo Cruz et à la guitare portugaise par Bernardo Couto, a produit un moment musical rare. D'autant mieux que, du piano, François Rossé a su « envelopper » toutes ces sonorités avec l'aisance dans l'improvisation qui le caractérise.

À Voix haute, c'est s'assurer de faire en quatre jours un grand voyage musical et linguistique. En quelques heures, le public visite des continents, s'attarde aux langues et aux sonorités de chacun et jouit du métissage qui lui est offert. Peut-on rêver de plus d'émotion et de plus d'ouverture vers l'ailleurs ? Certains ne s'y sont pas trompés, qui sont venus de loin, de la Bretagne par exemple, pour ne pas manquer, cette année encore, un événement de très haute qualité.

Ce qui donne en effet à ce festival une couleur particulière, c'est justement cette sensation d'authenticité, de simplicité, d'évidence et de naturel étonnant. Qu'ils s'adossent à la tradition pour assurer une transmission (Polyphonies corses), pour revisiter l'occitan (Lo Ruhl), pour établir des filiations par-delà les siècles (Gesualdo Variations) ou pour sublimer un passé récent (fado) ou qu'ils affichent une modernité avérée, les musiciens proposent des accouplements sonores inédits et inattendus. Balayés, les vieux schémas convenus et place à des expériences sonores insoupçonnées !

Les discussions de l'après-midi, animées par Patrick Labesse, (journal « Le Monde ») et illustrées de musiques singulières (1) constituent un maillon important de ces journées. Merveilleux temps de partage, elles facilitent à l'avance l'accès aux musiciens et à leur projet. Ainsi a-t-on pu se familiariser, par exemple, avec les incroyables agilités vocales, verbales et corporelles de Lauren Newton et Phil Minton.

On ne peut que saluer les prises de risque heureuses de Yann Beigbeder, organisateur du festival dans le cadre de l'association Einstein on the beach, et l'inciter à organiser de prochains festivals tout aussi brillants.

(1) Les Bagnérais peuvent trouver à la médiathèque de leur ville bon nombre de ces musiques proposées à l'écoute.

 

Imprimer

Partager cet article

Repost 0

commentaires